Test de paternité pendant la grossesse

Test de paternité pendant la grossesseFaire un test de paternité ADN sans risque étant en enceinte est aujourd’hui possible. L’amniocentèse ou les prélèvements de villosités choriales (PVC) étaient jusqu’à ce jour, des procédures dangereuses pour l’enfant à naître. Il est possible, de nos jours, grâce aux recherches sur l’ADN de faire un test prénatal sans aucun risque, ni pour la mère, ni pour l’enfant.

Les recherches dans le domaine de l’ADN ont permis  de s’apercevoir que  le sang de la mère enceinte contenait de l’ADN fœtal. Ce dernier est donc, grâce à des récentes découvertes, relativement simple à récupérer permettant ainsi, de faire une recherche de paternité

Procédure pour le test ADN prénatal

Le test ADN durant la grossesse peut être fait à partir de la 10e semaine de la grossesse, généralement l’ADN fœtal est présent en quantité suffisante dans le sang de la mère, pour pouvoir faire un prélèvement par prise de sang, pour ensuite une fois l’échantillon reçu au laboratoire, analyser plus de 300 000 marqueurs génétiques. Marqueurs qui seront comparés à l’ADN du père présumé, qui lui aussi aura apporté un échantillon de sang pour une postérieure reconnaissance de paternité, garantissant des résultats à 99,99 % en uniquement 5 à 7 jours ouvrables.

Les pères peuvent donc désormais savoir, même pendant la grossesse, si l’enfant conçu est bien leur enfant biologique.

De la même façon, que les mères, qui se trouvent dans le doute sur l’origine de la paternité de leur enfant, peuvent obtenir aujourd’hui une réponse concrète et rapide en toute sécurité, du fait que ce test ADN est un test prénatal non invasif. Plus besoin de procédures invasives, nécessitant des interventions au niveau du placenta, évitant par exemple des possibles lésions aux extrémités de l’enfant ou encore risque de fausse couche.

Il suffit donc de commander un simple kit de prélèvement afin d’effectuer la procédure chez-soi

Finalement, à différences d’autres analyses d’ADN, une précédente  grossesse ou une fausse couche ne risquent pas de fausser les résultats du test prénatal ADN non invasif, puisque l’ADN fœtal provient directement du plasma de la mère dans lequel, il circule et non pas dans les cellules existantes déjà dans le corps et contenant des « traces » d’éléments passés.Pour plus d’informations sur le test non invasif prénatal: http://www.easydna.fr