Alimenter son bébé : quelles variables?

Comment alimenter son bébé

Il y a trente ans, on introduisait la nourriture solide à partir de deux mois, aujourd’hui on la prône à partir de six mois. Les débats nombreux et variés autour de l’allaitement maternel ont réussi à culpabiliser les femmes qui travaillent et doivent arrêter très tôt d’allaiter leur enfant ou qui ne l’allaitent pas.

Si la relation mère-enfant pendant l’allaitement crée une relation très privilégiée, la maman qui donne le biberon à son enfant pourra lui donner autant d’amour si elle est entièrement à l’écoute et en phase avec son bébé à ces moments-là. Tout est question non pas de contenu de l’alimentation mais bel et bien de qualité du temps passé avec son enfant.

Il ne faut pas non plus nier complètement le fait que le lait maternel est toujours adapté à l’enfant et le met à l’abri des intolérances qui peuvent survenir par absorption de tel ou tel lait infantile. Mais de nos jours, les gammes de produits sont si variées qu’on trouvera très facilement à le remplacer par un lait qui correspondra mieux à l’enfant.

Un enfant doit-il manger de tout ?

Pour un bon développement physique, l’enfant doit recevoir une alimentation équilibrée. Il faut savoir qu’en matière de croissance, les choses ne sont jamais linéaires. A certains moments le petit être en formation aura plus de besoins qu’à d’autres. En dehors du côté purement physique de l’alimentation, viennent se greffer toutes les étapes de la construction psychologique et émotionnelle.

Quel enfant n’a pas refusé de manger en constatant avec bonheur qu’il avait là un moyen d’attirer l’attention permanente de ses proches ? Bien sûr, les parents s’inquiètent à ces moments-là. Après s’être assurés qu’il n’y avait aucune raison d’ordre médical à son comportement, les parents peuvent se rassurer et surtout ils doivent y attacher peu d’importance tout en veillant que l’équilibre reste garanti pour son petit ange.

L’erreur serait de le laisser grignoter en dehors des repas sous prétexte de se dire qu’ainsi il ne mourrait au moins pas de faim. S’il ne mange pas pendant une journée, cela n’est pas très grave, le lendemain il aura vraiment faim et se jettera sur la nourriture. Par contre, il est inutile de l’obliger à manger de tout dès le plus jeune âge. Comme le reste de son être, il ne faut pas oublier qu’il est en construction.

On veillera plutôt à composer les repas de façon à ce qu’on soit sûr qu’au moins un ou deux des ingrédients correspondra à son goût. Les légumes posent souvent problème, alors pourquoi pas les déguiser en purée ou en soupe qui ne dira pas son nom ? A certains âges, un peu de ruse de la part de la cuisinière peut résoudre beaucoup de problèmes.